DAYBREAK

22 02 2010

 

Daybreak

Mes yeux sont remplie du néon
Chapel twenty dollar le mariage.
Les collines de l’été sont loin
Le temps résonne de tes bras
Le temps écoute les mots de ton silence
Sur les murs de la ville endormie,
Les enseignes déchirent les prières de la nuit
Fragilité, est l’été qui ne revient.
Le froid de mes pas cueille sa résonance.

Les ombres éphémères dansent aux portes des drugstores
Twenty pence, le sèche-linge tourbillonne et gronde.
Je m’allonge sur la rangé des sièges en plastique
Un magazine Hustler traine à la page des critiques.

J’ai le sentiment d’avoir rien oublié
Aujourd’hui sur les collines il a neigé.

 


Actions

Informations



Laisser un commentaire




Blog de Aymane Hafit ... |
fictiontwilightdomination |
poèmes d'une romantique ... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | escarpins et sac à dos
| Poésie net
| Conversation-Evasion